a) mutations du monde du travail et déclin du mouvement ouvrier.

Évolution de la structure de l’appareil productif: tertiarisation + désindustrialisation => défavorable au mouvement ouvrier
Baisse de la PCS ouvrière => Baisse des syndicats. De plus la tertiarisation n’a pas compensé le mouvement ouvrier.
Secteur tertiaire: + de petites entreprises => mobilisation et syndicalisme – important. Identité collective est peu ou pas du tout développée (activité très diversifiée dans le secteur tertiaire que ne favorise pas la conscience de classe).

Évolution de la gestion de la main d’œuvre =>précarisation du travail, recours massif à la sous-traitance, chômage
=>défavorable à l’identité de groupe

b)Les mutations de la société: causes externes au monde du travail.


Evolution de la gestion des syndicats=>institutionnalisation des syndicats (éloignement des responsables syndicaux des ouvriers)

Hausse des niveaux de vie => développement des classes moyennes => affaiblissement identité collective.

Montée de l’individualisme, valeur qui semble propre à la classe ouvrière. Individus considèrent qu’ils n’ont pas intérêt à se mobiliser, de plus les syndicats ont un mode de fonctionnement collectif=>tous les salariés bénéficient des avantages obtenus par les syndicats.


Ceci pourrait aussi vous intéresser ...