Le fait que le pouvoir aujourd’hui en vienne à une véritable « gestion des vieillards » est tout à fait symptomatique d’une forme particulière de celui-ci : un pouvoir qui s’exerce sur les corps et sur la population. Voici, rapidement, ce sur quoi nous travaillerons la fois prochaine.

Mais avant cela, il peut être intéressant de considérer quelques instants pourquoi le pouvoir politique est aux prises avec des problèmes de ce type. C’est que ces questions (ici le financement des retraites) partent de problèmes concrets et qui trouvent peut-être leur origine dans la destruction de la cellule familiale traditionnelle, pour devenir des problèmes publics. Problèmes dont s’emparent les pouvoirs publics afin d’y apporter une réponse. Pour cela, le pouvoir va développer un ensemble de savoirs et techniques.

C’est justement ici que cet article d’Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia est intéressant. Il nous aide à comprendre en quoi le problème des retraites en est un. C’est-à-dire qu’il ne relève pas simplement d’une opposition de conception du système de retraite, où il suffirait donc de choisir « sa » solution selon que l’on est républicain ou libéral. Pour ce qui est précisément des retraites, le blog des éconoclastes présente tout cela très bien et développe la question de manière claire dans ce petit fichier pdf .

Le blog d’éconoclaste

Ceci pourrait aussi vous intéresser ...