-Si une entreprise est en situation de monopole, ce qui est souvent le cas en situation d’innovation, elle ne peut pas répercuter la hausse de la productivité due au progrès technique sur la baisse des prix. Il n’y aura donc pas de croissance de la demande pour venir compenser les effets négatifs du progrès technique sur l’emploi.

-Les gains de pouvoir d’achat engendrés par la hausse de la productivité peuvent ne pas se traduire par une hausse de la demande mais par une hausse de l’épargne pour les ménages et les entreprises.

-Les emplois crées peuvent ne pas correspondre aux qualifications des travailleurs ce qui peut engendrer un chômage technologique, au moins momentanément.

-Le chômage s’explique donc beaucoup moins par le progrès technique que par l’ajustement des marchés  de biens et services et par le fonctionnement du marché du travail.

Ceci pourrait aussi vous intéresser ...