Devant l’ampleur du chômage et de ses conséquences, les pouvoirs publics ne peuvent rester sans rien faire, d’où la mise en place de politiques de l’emploi.

Politique de l’emploi : ensemble des interventions des pouvoirs publics qui visent à lutter contre le chômage, à améliorer le fonctionnement du marché du travail, à accroître le niveau de l’emploi et à agir sur les structures de l’emploi.

 

On distingue deux grandes catégories de politique de l’emploi :

Les politiques passives : il s’agit ici des mesures consistant à verser des revenus de remplacement pour des personnes sans emploi. Il n’y a pas ici d’objectifs en termes d’augmentation du niveau de l’emploi mais simplement un traitement social des conséquences de la perte d’emploi.

Les politiques actives : il s’agit des mesures visant à améliorer le fonctionnement du marché du travail en modifiant les caractéristiques de l’offre (offre de formation, de stage,…) et de la demande de travail (avantages fiscaux qui limitent le poids du coût du travail pour certaines catégories d’emploi).

 

De façon générale les politiques de l’emploi regroupent :

– Des mesures cherchant à influencer les comportements d’activité (préretraites, taux d’emploi des femmes et des jeunes, des séniors,…)

– l’indemnisation chômage

– les dispositifs spécifiques en faveur de certaines catégories d’actifs dans le but d’améliorer leur employabilité (jeunes, chômeurs de longue durée,…)

– la formation professionnelle

– la recherche d’une flexibilité accrue de l’emploi et des taux de salaires

– des dispositifs de baisse du coût salarial (réduction des charges sociales)

 

La France a connu différentes phases dans la politique de l’emploi :

–    Dans les années 1970-1980 : phase de défense de l’emploi, on freine les licenciements et les suppressions d’emploi.

–    Dans les années 1980 : phase de gestion de la population active, on cherche à obtenir une diminution de la population active (préretraite, aide au retour des immigrés, incitation à la baisse du taux d’activité des femmes)

–    Dans les années 1990 : phase de traitement social et économique du chômage, le chômage est durablement installé.

Traitement économique : mesures qui visent à exercer un effet positif sur les créations d’emplois, elles sont donc tournées vers les entreprises (réductions des charges sociales pesant sur le travail en particulier pour les catégories d’actifs les plus touchées par le chômage)

Traitement social : mesures qui visent à corriger les menaces d’exclusions en favorisant l’insertion ou la réinsertion des chômeurs sur le marché du travail (stage de formation, congé de reconversion,…)

–    Les politiques récentes :

La réduction du temps de travail avec le passage aux 35h : l’objectif est ici de favoriser la création d’emplois nécessaire pour compenser la diminution du temps de travail. (Cet effet sur l’emploi est freiné par l’augmentation de la productivité horaire du travail)

De plus la réduction du temps de travail a un effet de relance en stimulant la consommation de loisirs, du fait de l’arrivée des RTT). Entre 2000 et 2002, on évalue la création d’emploi de 100000 à 300000 emplois.

Le développement des emplois aidés : après avoir limités ces emplois aidés le gouvernement y revient suite à la crise économique.

Ceci pourrait aussi vous intéresser ...