Partie 2 : La Monnaie

CHAPITRE 1 : Formes et fonctions de la monnaie

1) Les fonctions de la monnaie

 

1.1 – Les fonctions économiques de la monnaie

La monnaie remplit 3 fonctions économiques :

  1. une fonction d’unité de compte : Elle permet d’exprimer la valeur de tous les biens et services dans une unité commune (et non 2 moutons valent une vache qui vaut 100kg de pommes de terre, …)
  2. une fonction d’intermédiaire des échanges : Cela permet à chaque individu de vendre ce qu’il veut pour acheter ce qu’il veut sans avoir besoin de chercher qui veut échanger le produit qu’il a avec celui qu’il veut
  3. une fonction de réserve des valeurs : Grâce à la monnaie, on peut garder les revenus d’une vente pour faire un achat ultérieur (alors que dans le troc l’échange est simultané).

 

1.2- Les autres fonctions de la monnaie

 

a) La monnaie est un  « langage »

-La monnaie est un langage parce qu’elle est une référence commune entre les individus : elle permet à une ensemble d’individus de partager les mêmes règles et la même unité de compte.

-Elle leur permet de communiquer : si un bien est cher, cela a une ou plusieurs significations :

  • cela peut vouloir dire qu’il est précieux, recherché ou que sa demande est supérieure à son offre
  • ou qu’il est rare, que son offre est insuffisante par rapport à sa demande.

-Cela signifie aussi que la monnaie permet d’établir un lien social entre les individus. Par exemple, l’euro est un symbole de l’identité européenne.

 

b) La monnaie peut aussi avoir une fonction politique

La monnaie a pu être créée dans certains pays pour pacifier les échanges, unifier le pays et pour assurer le pouvoir politique d’un dirigeant; comme en France où ce n’est que lorsque le Roi a le monopole de frappe de la monnaie, que les seigneurs se rallient à son pouvoir.

L’euro a une fonction politique importante en Europe :

  • c’est une phase de plus dans le processus d’unification de l’Europe : après la suppression des barrières douanières, la libre circulation des biens, des services, des capitaux, des hommes, la monnaie commune apparait comme une étape supplémentaire dans le processus d’intégration économique.
  • c’est la disparition d’un des grands symboles de la souveraineté nationale, qui  montre la volonté de créer une supra-nation
  •  Ce symbole a aussi une force au niveau international : l’euro est une monnaie internationale rivale du dollar

De plus, le passage à la monnaie unique a eu des avantages économiques non négligeables : suppression des risques de variation des taux de change, suppression des frais de change, équivalent monétaire commun facilitant les comparaisons de prix,…

2) Les formes de la monnaie

 

2.1- L’évolution des formes monétaires

La monnaie est d’abord une monnaie-marchandise : des coquillages, du vin, de l’or,….

Puis, progressivement, la monnaie est exclusivement de la monnaie métallique : au début, des pièces d’or qui ont une valeur intrinsèque équivalente à sa valeur faciale (ce qui est écrit dessus correspond à sa valeur en or).

Puis, la monnaie devient de la monnaie fiduciaire, sans aucune valeur intrinsèque (comme les pièces et les billets actuels), dont la valeur ne repose que sur la confiance que les agents économiques ont dans l’institution bancaire.

Aujourd’hui, l’essentiel de la monnaie qui circule est de la monnaie scripturale, c’est-à dire des lignes de compte inscrites sur des comptes en banque.

Lorsqu’un paiement est réalisé entre deux agents économiques par monnaie scripturale,  l’ordre est donné à l’établissement bancaire débiteur (celui qui doit payer) de faire une compensation avec l’établissement créditeur qui doit transférer l’ordre de paiement sur le compte du créancier : ce n’est qu’un jeu d’écriture.  A la fin de la journée, les banques font le solde des opérations (de l’argent qu’elles se doivent les unes aux autres) et cela se traduit par une écriture sur le compte des banques à la Banque Centrale.

La monnaie banque centrale est constituée des lignes de compte que possèdent les banques à la Banque Centrale et qui leur donnent droit à de la monnaie fiduciaire.

 

2.2- Les systèmes de paiement dématérialisés dans les économies contemporaines

Il faut distinguer la monnaie des moyens de paiement : lorsqu’on détruit un moyen de paiement (une carte bancaire par exemple), on ne perd pas d’argent, alors que si on détruit de la monnaie, si.

On assiste au remplacement progressif des instruments de paiement papier tel que le chèque par des paiements s’effectuant à l’aide d’équipement électronique tels que : les prélèvements automatiques, la carte bancaire, les TIP, les paiements électroniques tels que Pay Pal.

 

Avantages Inconvénients
-facile et rapide-utilisable en ligne-évite le risque de vol et de perte-utilisable à l’étranger -tout le monde ne peut pas en avoir (par ex, les personnes en interdit bancaire)

-n’est pas facile à utiliser pour tout le monde : il faut être capable de retenir son code, savoir lire,….

-il faut que le commerçant soit équipé

-c’est payant pour le commerçant et pour l’utilisateur

-il y a des risques de fraude

 

 

2.3- Les agrégats monétaires

La Banque de France et la BCE cherche à mesurer la quantité de monnaie en circulation afin de la réguler et d’éviter l’inflation. Pour cela, elles ont classé la monnaie en différentes catégories qu’on appelle les agrégats monétaires : M1, M2, M3, qui sont classés selon leur liquidité, c’est-à-dire selon leur facilité à être disponible: M1 est plus liquide que M2, qui est plus liquide que M3.

M1 = monnaie fiduciaire + les comptes courants (dépôts à vue)

M2=M1 + les comptes épargne (dépôts à terme)

M3= M2 + les titres émis par les institutions financières

M1 est la monnaie au sens strict, M3 est la monnaie qui sert de référence pour mesurer la masse monétaire.