…Vous êtes dans THEME 1 : LE SYSTEME POLITIQUE DEMOCRATIQUE -> CHAPITRE 2 : La compétition politique en démocratie -> 2. Le rôle des partis politiques

 2.1) Comment les partis politiques participent-ils à la mobilisation électorale ?

La mobilisation électorale : La majorité des partis aspirent à avoir des élus et se livrent, pour cela, à un important travail de mobilisation électorale. On peut définir ce travail comme l’ensemble des actions mises en oeuvre par des acteurs divers pour diffuser une « offre politique » et persuader les électeurs de s’y rallier en apportant leur soutien et leur vote.

 

Cependant, cette adhésion peut s’exprimer selon des modalités variées qui ne passent pas nécessairement par le vote : des partis politiques peuvent avoir une audience et une influence bien supérieure à ce qu’ils représentent électoralement ce qui peut conduire à des mobilisations politiques relativement plus puissantes que les mobilisations électorales que ces partis arrivent à entrainer.  (ex : Front de gauche aux dernières présidentielles)

 

Les campagnes électorales jouent un rôle central dans la mobilisation électorale. Les campagnes électorales sont aussi un temps important dans le processus de politisation des électeurs.

Ce travail de politisation est d’autant plus important que l’intérêt pour la chose publique n’a rien de naturel ou de spontané : bien au contraire, l’adoption du suffrage universel a obligé les professionnels de la politique à un long travail d’intéressement des « profanes ». Par ailleurs, ce travail reste en partie inachevé puisque l’intérêt pour la politique est inégalement réparti dans la société, de même que les modalités de la socialisation politique sont socialement très diverses et aboutissent à une politisation qui varie largement en intensité en fonction des groupes sociaux concernés.

 

Les fonctions des partis politiques sont :

  • La mobilisation électorale : mécanisme d’incitation à aller voter
  • La socialisation politique : transmission d’attitudes, d’opinions et de représentations qui façonnent les préférences politiques des individus
  • Laboratoire d’idées : élaboration de programme, formation de l’opinion publique, diffusion de l’idéologie
  • Recrutement et formation du personnel politique
  • Exercice du pouvoir (mais pas seulement)
  • Soutien et porte-parole, par exemple des exclus, ou de la minorité politique

 2.2 )Le rôle des partis politiques dans la représentation politique

 a) Représentation de la diversité des opinions

Le pluralisme politique, c’est la possibilité pour chaque opinion d’avoir une expression politique par l’intermédiaire d’un parti.

Dans nos démocraties, la diversité des opinions est bien représentée, mais par l’intermédiaire d’une démocratie représentative : cela signifie que les électeurs ont besoin des élus (le plus souvent issus des partis politiques) pour représenter nos opinions ; nous ne pouvons donner notre opinion directement comme dans une démocratie directe.

 

b) Représentation de la dualité des genres

= assurer une représentation équitable des deux sexes en politique

Parité : situation ou revendication de l’égalité de droit ou de fait entre hommes et femmes dans les instances de représentation et les postes à responsabilité.

 

La parité hommes-femmes est une revendication ancienne en politique. En 1999, une révision constitutionnelle ajoute à l’article 3 de la Constitution la disposition suivante : “la loi favorise l’accès égal des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives” et prévoit que les partis doivent contribuer à la mise en œuvre de ce principe. Cette disposition fût supprimée par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 et replacée dans le dernier alinéa de l‘article 1er de la Constitution en termes identiques et étendus :

La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.”

 

Le 6 juin 2000, la loi sur la parité en politique module l’aide publique aux partis politiques en fonction de leur respect de l’application de la parité pour la présentation des candidats aux élections : alternance stricte des candidatures aux scrutins de liste, incitatives pour les législatives.

Les partis politiques préfèrent ou doivent parfois payer des pénalités financières lorsqu’ils ne présentent pas un nombre équitable de candidats.

 

Si des progrès ont été faits dans la représentation des femmes aux élections municipales, régionales et européennes, les hommes sont encore largement sur-représentés chez les députés, les maires, les sénateurs, bref, dans tous les postes politiques à responsabilité.

 

 c) Représentation des âges et origines sociales différents

La grande majorité des députés ont plus de 50 ans et d’une manière générale, une grande partie des représentants politiques ont une moyenne d’âge supérieure à la moyenne nationale : le risque est qu’ainsi prédomine dans la pensée politique des idées plus conservatrices que dans la société.

 

Les PCS du bas de l’échelle sociale sont sous-représentés en politique : par exemple, les ouvriers et les employés représentent environ 30% de la population française et seulement 1% des députés, alors que 8 députés sur 10 sont cadres et professions intellectuelles supérieures. Ainsi, les intérêts de toutes les classes sociales ne sont pas équitablement représentés.

 

Les minorités ethniques sont aussi sous-représentées en politique. Ceci n’est pas facilement évaluable à cause de l’interdiction des statistiques ethniques. Les minorités de l’immigration européenne sont aujourd’hui mieux représentées que les « minorités visibles ». Ceci peut expliquer que les intérêts des personnes issues de l’immigration sont souvent mal défendus (exemple : droit de vote des étrangers)

 

La représentation politique nationale n’est donc pas bien représentative de la société française.

Ceci pourrait aussi vous intéresser ...