Sommaire

1) La diversité des modes de production
2) Que produit-on et comment le mesure-t-on ?

2.1 – Le calcul de la valeur ajoutée
2.2 – Le calcul du PIB
2.3 – La croissance économique
2.4 – Le partage de la VA

3) Les problèmes posés par la mesure de la valeur ajoutée
4) L’équilibre emplois-ressources

 

1) La diversité des modes de production

Production : Activité économique socialement organisée consistant à créer des biens et des services destinés à être vendus sur un marché ou obtenus à partir de facteurs de production (travail, machines notamment) s’échangeant sur un marché.

Pour qu’il y ait production il faut :

  • Que l’activité soit socialement organisée : elle doit donc être légale et déclarée (le travail au noir, les productions illégales ne sont pas comptabilisé comme de la production au sens économique).
  • Que les produits obtenus soient destinés à être vendus : il s’agit alors d’une production marchande. Les prix de vente doivent être supérieurs aux coûts de production.
  • Ou que les produits soient gratuits ou quasi gratuits mais obtenus à partir de facteurs de production marchands : il s’agit alors de production non marchande.

La production marchande est réalisée par les entreprises, la production non marchande par les associations et les administrations publiques.

La production non marchande des administrations se mesure en calculant le coût des facteurs de production. C’est une mesure imprécise car elle laisse penser que plus la production coûte chère,  meilleur est le service rendu, ce qui n’est pas nécessairement le cas.

2) Que produit-on et comment le mesure-t-on ?

2.1 Le calcul de la valeur ajoutée

La valeur ajoutée est utilisée dans la comptabilité nationale pour mesurer la production des entreprises : elle mesure la richesse supplémentaire crée par les entreprises (la valeur « ajoutée »). On la calcule en enlevant au chiffre d’affaires de l’entreprise ses consommations intermédiaires, c’est-à-dire tout ce qui est transformé ou détruit lors du processus de production (matières premières et énergie).

VA = CA – CI

2.2 – Le calcul du PIB

Le PIB mesure la production intérieure c’est à dire la production des entreprises situées à l’intérieur du territoire français, quelque soit leur nationalité.

Il se calcule en faisant l’addition de la production marchande et de la production non marchande.

PIB = somme des VA des entreprises + somme des coûts de production des administrations.

2.3 – La croissance économique

La croissance économique est l’augmentation durable de la production. On le mesure en regardant le taux de variation du PIB en volume. Par exemple, si le PIB augmente de 1.7% entre 2010 et 2011, cela signifie que la croissance économique est de 1.7%.

Le PIB en volume est le PIB auquel on a enlevé l’effet des prix. Pour le calculer de façon approximative, on prend le PIB en valeur et on lui enlève l’inflation.

  • Formule approximative : PIB en volume = PIB en valeur – inflation
  • Formule mathématique exacte : PIB en volume= PIB en valeur/ indice des prix
  • Ou si on veut mesurer une évolution : Indice du PIB en volume= indice du PIB en valeur/ indice des prix

2.4 – Le partage de la VA

Le partage de la VA se fait entre l’EBE, la rémunération des salariés et les impôts sur la Production.

Autrement, l’EBE est la part de la VA qu’il reste aux propriétaires de l’entreprise une fois qu’ils ont payés leurs salariés et payés leurs impôts sur la production.

EBE= VA – Rémunération des salariés – impôts sur la production

L’EBE est un concept en comptabilité nationale proche de celui de bénéfice (sauf qu’on n’a pas enlevé le coût du capital). Il va servir à rémunérer les propriétaires du capital (en particulier les actionnaires en leur versant des dividendes) ou à épargner (et à payer les impôts sur les bénéfices).

L’EBE peut servir en comptabilité nationale à mesurer la rentabilité d’une entreprise (on regarde qu’est-ce que lui rapporte son investissement l’EBE par rapport à qu’est-ce qui lui a coûté le capital qu’elle investit EBE/K x 100= taux de rentabilité).

3)Les problèmes posés par la mesure de la valeur ajoutée

  • Une hausse du PIB peut signifier une baisse du bien-être;
  • Le PIB ne mesure pas le bien-être;
  • Le PIB ne mesure pas l’économie souterraine.

 

Le PNUD préfère utiliser l’IDH qui a 3 composantes : le niveau scolaire, mesuré par la durée de scolarisation, le niveau sanitaire, mesuré par l’espérance de vie et le niveau de vie, mesuré par le PNB par habitant.

L’IDH n’a pas d’unité, il varie de 0 à 1, plus on est proche de 1, plus les pays sont développés.

4) L’équilibre emplois-ressources

L’équilibre emplois-ressources peut s’écrire :

  • PIB + M= CF + FBCF+ X +ou-VS
  • Ou PIB= CF + FBCF+ (M-X) + ou – VS

On peut aussi utiliser l’équilibre emplois-ressources pour étudier les contributions des différents agrégats à la croissance économique.

Dans ce cas, l’équilibre s’écrit :

Taux de variation du PIB = contribution de la CF + de la FBCF + du solde commercial (X-M) +ou-VS

Les sources possibles de déséquilibre :

Le déficit commercial est la principale source du déséquilibre économique. Il est aussi dû dans les années récentes à l’insuffisance de l’investissement et à l’insuffisance de la consommation.

Le déséquilibre de sous-emploi n’est pas mesuré par l’équilibre emplois-ressources.

N’hésitez pas à consulter le site suivant pour plus d’informations, des animations, ainsi que des petits tests de connaissance ! http://www.statapprendre.education.fr/insee/croissance/default.htm