1.1 La classe ouvrière, acteur central traditionnel des conflits sociaux.

Partie 2 Chapitre 2 : Conflits et mobilisation sociale

Action collective : Action commune menée par plusieurs personnes en vue d’atteindre un certain objectif commun.Cela sous entend donc une action concertée (les individus qui y participent ont conscience d’agir ensemble) qui est guidée par un ou des objectifs communs.


Comment expliquer que des individus se regroupent pour mener une action collective ?

– La nécessité d’une identité collective (intérêts communs dont on a conscience)

On l’a vu ce qui explique l’action c’est la volonté d’atteindre un objectif commun. Cela sous entend que les individus qui composent le groupe qui mène l’action est conscience de partager un objectif commun (intérêt, idée,…), et qu’ainsi il se crée une identité collective au travers de cet objectif. Donc un groupe qui se mobilise est un groupe qui regroupe des individus qui sont unis par des intérêts communs.

– L’existence de l’identité collective ne suffit pas (paradoxe d’Olson) il faut que l’identité collective pousse le groupe à se mobiliser (importance de la cohésion du groupe)

De l’action collective aux mouvements sociaux

– Les actions collectives peuvent concerner le monde du travail ou pas (mouvement ouvrier/mouvement homosexuel)

– Les actions collectives peuvent concerner la défense d’intérêts particuliers ou toucher toute la société (groupes de pression/mouvement écologiste)

– Les actions collectives peuvent être protestataire ou non (action visant à informer la collectivité/grève, émeute)


Parmi les multiples formes d’actions collectives on peut mettre en évidence une forme particulière : le mouvement social

– Un mouvement social est une action collective de grande ampleur qui touche la société dans son ensemble

– Un mouvement social est une forme d’action collective protestataire

Mouvement social (Alain Touraine) : Mobilisation qui répond à trois grands principes fondamentaux

Un principe d’identité : le mouvement doit avoir conscience de sa spécificité, des intérêts, des idées qui regroupent les individus qui le composent.

Un principe d’opposition : le mouvement est soudé grâce à une opposition à un adversaire, les actions menées sont protestataires.

Un principe de totalité : c’est un mouvement de grande ampleur qui vise à faire évoluer la société. Le mouvement a conscience de la portée de son action en termes de changement social


En conclusion, tous les mouvements sociaux sont des actions collectives mais toutes les actions collectives ne sont pas des mouvements sociaux. Les mouvements sociaux sont une catégorie particulière des formes que peut prendre une action collective.

  1. Les conflits du travail à l’origine d’un mouvement social ouvrier dans la société industrielle.1.1.La classe ouvrière, acteur central traditionnel des conflits sociaux.

Ouvriers = +grosse part de la population active + conscience de leur intérêts communs. (Conscience de classe.)
Les ouvriers privilégient comme forme d’action la grève et se dotent de syndicats (1895=création de la CGT). Les grèves et les syndicats sont dépénalisés à partir de la fin du XIX° siècle.
Le mouvement ouvrier se constitue autour d’intérêts communs tels que la défense des valeurs communes (ex: solidarité) en menant des conflits concernant les conditions de travail (durée, sécurité) les salaires, les droits et les libertés individuelles (droit de grève, droit syndical) ; ce qui finalement porte sur des questions plus larges concernant l’organisation de la société.

Le mouvement ouvrier va participer à la création de liens sociaux forts à l’intérieur de la communauté ouvrière.
Ainsi, le mouvement ouvrier va transformer les plus défavorisés en acteur collectif. En ce sens, il a à la fois participé à la formation de « communauté de vie » populaire avec un ensemble de mouvement, d’organisation d’association assurant l’intégration des travailleurs, mais il a aussi été un acteur essentiel de la formation de l’Etat-Providence car il a participé à la constitution d’un ensemble de droits sociaux.