2.4-Citoyenneté et intégration nationale

a)Identité nationale et cohésion sociale

La nation française s’est construite avec la démocratie. L’intégration par la nation passe par la construction d’une communauté de citoyens. L’intégration nationale n’est pas forcément une intégration sociale et une non-intégration nationale n’empêche pas une intégration sociale.

La citoyenneté :

sens juridique : avoir des droits (civils et politiques) et des obligations (devoirs, respect des lois).

sens politique : donner une responsabilité politique aux individus en les rendant citoyens c’est-à-dire voter et créer une communauté au delà de la diversité d’opinions.

Le concept de citoyenneté permet de gérer la diversité des hommes dans une démocratie et de séparer les sphères publiques er privées en France.

La citoyenneté a pour vocation de s’étendre à tous les individus (tendance à l’universalisation).Toutes les sociétés contemporaines vont déterminer des règles d’obtention du statut citoyen.

La nation : une entité qui peut être constituée d’une certaine hétérogénéité culturelle. Il faut que les individus se reconnaissent dans un projet politique commun pour qu’il y ait une unité politique (ex : Mayotte)

L’intégration nationale se distingue de l’intégration sociale des étrangers c’est-à-dire de la place la société est prête à accorder aux non nationaux. On oppose le modèle Français d’intégration nationale par assimilation à l’intégration par la diversité culturelle.

b) Comment favoriser l’intégration nationale : le multiculturalisme solution ou facteur de communautarisme ?

Multiculturalisme : présence de plusieurs cultures. Toute nation est finalement formée par des populations différentes de par leurs cultures, leurs milieux sociaux leurs religions et origines régionales.

Communautarisme : replis de ses cultures dans des formes de communautés qui vont exprimer des intérêts spécifiques et dont les représentants vont négocier avec les pouvoirs publiques pour pouvoir bénéficier de droits particuliers.

Par exemple, aux Etats-Unis le communautarisme est reconnu dans le projet politique car les communautés ethniques ont pu négocier des droits spécifiques, à l’inverse du projet politique de la nation française qui est un projet d’intégration par l’égalité juridique universelle.

La question du communautarisme se pose en France par rapport à l’existence d’inégalités sociales plus fortes dans certaines communautés ce qui justifierait que certains groupes minoritaires réclament certains droits spécifiques pour compenser ces inégalités