Problématiques: Partie 3 Chapitre 1

QUESTIONS DE SYNTHESE

 

1) Après avoir expliqué pourquoi la régulation de l’économie mondiale est nécessaire, vous montrerez que sa mise en œuvre se heurte à de nombreuses difficultés.

 

2) Vous expliquerez comment l’internationalisation des échanges peut être source de croissance, mais aussi génératrice de contraintes.

 

3) Après avoir présenté le rôle des FMN sur la mondialisation des échanges, vous montrerez qu’en retour celle-ci influence la stratégie des FMN.

 

4) Après avoir expliqué pourquoi les FTN cherchent à améliorer leur compétitivité, vous étudierez les modalités qu’elles mettent en œuvre pour y parvenir.

 

5) Après avoir présenté et expliqué la mondialisation culturelle, vous réfléchirez à ses conséquences et aux réactions qu’elle entraîne.

 

6) Après avoir expliqué pourquoi la mondialisation nécessite la mise en place de nouvelles formes de régulation, vous présenterez les difficultés à les mettre en œuvre.

 

7) Montrez que si les normes sociales et environnementales peuvent être nécessaires, leur mise en œuvre se heurte à des difficultés.

DISSERTATIONS

 

Internationalisation et développement

 

1) Quels sont les effets de la DIPP sur les PED et les PDEM ?

 

2) Dans quelle mesure le commerce international contribue t’il au développement des pays du Sud ?

3) La mondialisation est-elle à l’origine de la montée des inégalités dans les pays développés ?

 

4) Dans quelle mesure la montée des IDE est-elle favorable au développement de l’économie mondiale ?

 

5) Vous analyserez les phénomènes d’acculturation induits par la mondialisation.

 

6) Dans quelle mesure la mondialisation conduit-elle à l’uniformisation culturelle ?

 

7) L’extension du libre-échange dans le commerce mondial retire-t-elle toute pertinence aux politiques protectionnistes ?

 

8 ) Dans le cadre de la mondialisation, les pays industrialisés doivent-ils craindre les effets de la concurrence des PED ?

Les FMN

8 ) Quel rôle jouent les FMN dans la mondialisation ?

9) Dans quelle mesure la puissance des FTN menace-t-elle les états ?

10) Comment les stratégies internationales des firmes répondent-elles à l’impératif de compétitivité ?

Régulation de la mondialisation

11) Dans quelle mesure la mondialisation peut-elle être régulée ?

12) Les citoyens peuvent-ils contrôler la mondialisation ?

Problématiques: Partie 3 Chapitre 2

QUESTIONS DE SYNTHESE

 

1)Après avoir rappelé les caractéristiques des politiques économiques menées depuis les années 80 par les pays industriels, vous vous demanderez si ces politiques ont atteint leurs objectifs.

 

2)Après avoir montré comment les politiques monétaires et budgétaires peuvent être utilisées pour relancer l’activité économique, vous exposerez les difficultés de leur mise en œuvre dans le cadre de la zone euro.

 

3)Après avoir rappelé les objectifs des politiques économiques conjoncturelles, vous montrerez que des contraintes nouvelles existent en matière de politique budgétaire et monétaire européenne.

 

4)Après avoir rappelé les justifications des critères de Maastricht en matière de politique budgétaire repris par le PSC, vous réfléchirez aux effets qu’ils peuvent avoir sur l’activité économique et l’emploi.

 

5)Montrez que l’intégration économique peut favoriser les pays européens les moins développés, mais que l’élargissement de l’union économique se heurte à des difficultés.

 

6)Vous montrerez que l’intégration européenne peut à la fois mettre en concurrence avec les états-membres et les protéger de la mondialisation.

 

7)Après avoir présenté les arguments en faveur d’une Europe sociale, vous vous interrogerez sur les difficultés rencontrées pour y parvenir.

 

 

DISSERTATIONS

 

1)Dans quelle mesure les zones régionales de libre-échange favorisent-elles la prospérité mondiale ?

2)Dans quelle mesure la recherche de la compétitivité est-elle un facteur de croissance pour les pays membres de l’UE ?

3)L’UEM favorise-t-elle la croissance des pays membres ?

4)Quels peuvent être les effets de l’intégration économique et monétaire européenne sur la compétitivité des pays membres ?

5)L’intégration économique et monétaire favorise-t-elle la cohésion économique et sociale en Europe ?

6)Les pays de la zone euro peuvent-ils mener une politique budgétaire efficace ?

7)L’organisation des politiques conjoncturelles en Europe est-elle favorable à la croissance économique des pays membres ?

8)Dans quelle mesure la politique monétaire de la BCE peut-elle favoriser une reprise de la croissance de la zone euro ?

9)Peut-on justifier les politiques de réduction des dépenses publiques ?

10)Analysez les transformations des services publics en Europe.

11)L’UE conduit-elle à la disparition des services publics ?

12)Dans quelle mesure la construction européenne est-elle « trop libérale » ou « trop sociale » ?

Problématiques: Partie 2 Chapitre 1

QUESTIONS DE SYNTHESE


Inégalités

1) Après avoir caractérisé les inégalités économiques, vous montrerez que d’autres inégalités en constituent un facteur aggravant ?

2) Après avoir expliqué pourquoi les sociétés démocratiques luttent contre les inégalités, vous analyserez les raisons pour lesquelles certaines inégalités sont considérées comme légitimes.

3) Après avoir expliqué les causes des inégalités hommes/femmes, vous montrerez en quoi elles illustrent les limites de l’idéal démocratique.

4) Après avoir décrit les inégalités à l’école, vous les expliquerez.

5) Après avoir montré que la société démocratique favorise l’égalité entre les hommes et les femmes sur le marché du travail, vous montrerez que des inégalités entre les sexes y subsistent.

6) Après avoir montré la spécificité de la situation économique et sociale des jeunes, vous montrerez les limites d’une analyse de la stratification sociale en termes de génération.

Mobilité sociale

7) Vous montrerez que la position sociale des individus est influencée par leur origine sociale, mais qu’elle dépend aussi d’autres facteurs.

8 ) Après avoir montré que la société française connaît une certaine mobilité sociale, vous expliquerez pourquoi l’accès aux positions sociales reste inégalitaire.


9) Après avoir montré que l’égalisation des conditions favorise la mobilité sociale, vous expliquerez en quoi elle se heurte aux situations réelles d’inégalités.

10) Après avoir montré l’importance des modifications structurelles dans l’explication de la mobilité sociale, vous vous demanderez si elles suffisent à rendre compte de la totalité du phénomène.

Idéal démocratique

11) Après avoir rappelé les arguments favorables aux réformes fiscales de ces dernières années, vous vous demanderez si les objectifs d’efficacité et de justice ont été atteints.

12) Mettez en avant les effets attendus d’une recherche de l’équité sur les inégalités, puis montrez que différentes conceptions de l’équité font débat.

DISSERTATIONS

Inégalités

1) Le processus de moyennisation de la société française est-il aujourd’hui en panne ?

2) Dans quelle mesure les inégalités sont-elles un facteur de croissance économique ?

3) Les inégalités économiques constituent-elles le facteur déterminant des clivages entre les groupes sociaux ?

4) Dans quelle mesure les discriminations positives peuvent-elles réduire les inégalités scolaires ?

5) Peut-on parler de démocratisation des consommations culturelles ?

6) Les inégalités engendrent -elles toujours des mouvements sociaux ?

Mobilité sociale

7) Dans quelle mesure la réussite scolaire détermine-t-elle la position sociale d’un individu ?

8 ) Dans quelle mesure la réussite scolaire est-elle un facteur de mobilité sociale ascendante ?

Idéal démocratique

9) L’école favorise t-elle l’égalité des chances ?

10) La société démocratique assure t-elle l’égalité des chances ?

11) La recherche de l’égalité des chances entraîne t-elle nécessairement une réduction des inégalités ?

12) Doit-on réduire les inégalités en France aujourd’hui ?

13) Dans quelle mesure les inégalités sont-elles acceptables ?

14) Dans quelle mesure la réduction des inégalités de revenus et de patrimoine fait-elle progresser la justice sociale ?

15) La société démocratique doit-elle corriger les inégalités qui résultent des mécanismes du marché ?

16) Faut-il préférer le principe d’équité à celui d’égalité pour assurer la cohésion sociale dans notre société aujourd’hui ?

LA DISSERTATION AU BACCALAUREAT

1° étape: L’étude de documents

La grande différence avec l’épreuve de synthèse est qu’en dissertation, il n’y a pas de travail préparatoire pour guider l’étude de documents. Cette étude est donc très importante, vous devez la faire au brouillon, document par document, de manière approfondie, en cherchant les idées essentielles par rapport au sujet et en notant déjà des idées personnelles auxquelles les documents vont vous faire penser. Vous devez y consacrer environ 1 heure.

2° étape: L’élaboration du plan

-Le plus difficile est d’élaborer ce qu’on appelle la problématique; contrairement à la synthèse, ici le plan en grandes parties ne vous est pas donné, c’est à vous de le construire, mais il doit répondre à la question posée de manière nuancée.

Il est hors de question de faire un plan type cours (ex 1.Analyse keynésienne 2.Analyse néoclassique). Par exemple, à la question, “dans quelle mesure une baisse du taux d’intérêt est-elle favorable à l’investissement? Il faut répondre par une problématique 1.Si on considère que l’investissement se réalise essentiellement par emprunt, alors une baisse des taux d’intérêt engendre une croissance de l’investissement 2. Mais, si l’investissement se fait essentiellement par autofinancement, alors la baisse des taux sera à terme néfaste pour l’investissement.

Cette problématique est fondamentale, c’est d’elle dont dépend toute la qualité de votre travail. Il se peut que vous ne la trouviez pas d’emblée, mais seulement après avoir analysé les documents, réfléchi au cours que vous connaissez sur le thème et travaillé sur les définitions des termes centraux (introduction).

-Une fois vos 2 ou 3 grandes parties établies, vous devez construire l’intérieur en deux ou trois sous-parties par partie, elles-mêmes constituées chacune en deux ou trois points. Chaque sous-partie doit répondre au titre de la partie à laquelle elle appartient (par exemple on peut faire 1. parce que 1.1 et parce que 1.2). N’oubliez pas de citer tous vos documents.

4° étape : l’introduction et la conclusion

L’introduction et la conclusion doivent être nécessairement rédigées avant le développement. Elles doivent en dissertation être chacune de l’ordre d’une page.

L’introduction se compose de cinq parties(deux de plus qu’en synthèse):

L’accroche : elle amène l’intérêt du sujet (on peut, par exemple, partir de l’actualité)

l’annonce du sujet (il faut reprendre tel quel l’intitulé du sujet)

la définition des termes centraux de la problématique et la délimitation (ex: en France denos jours)

-l’établissement de la problématique elle-même: en quelque sorte, vous dites à votre correcteur: voilà comment j’ai compris le sens de cette question et voilà les aspects auxquels j’ai décidé de répondre.

l’annonce du plan (annoncez seulement les grandes parties)

La conclusion en dissertation se compose de deux parties. La première résume le contenu de votre développement (parties, sous-parties et sous-sous-parties). La deuxième est une ouverture vers d’autres questionnements, d’autres pistes de recherche que l’on aurait pu faire à partir de ce sujet. Attention, lorsque vous avez une idée d’ouverture, assurez-vous que ce n’est pas une idée centrale de votre sujet que vous auriez oublié dans l’élaboration de votre plan (d’où l’intérêt aussi de rédiger la conclusion au brouillon avant le développement).Veillez à soigner particulièrement cette conclusion. C’est la dernière impression que garde de vous le correcteur !

5° étape : la rédaction

Si pour l’introduction et la conclusion vous pouvez rédiger d’abord une ébauche au brouillon, pour le développement il convient de rédiger directement au propre en vous appuyant sur votre plan détaillé. L’ensemble doit être d’environ 6-8 pages: environ 1 page pour l’introduction, 1 page par sous-partie,1 page pour la conclusion.

Remarque :

La durée de l’épreuve est de 4 heures. Le temps passé à étudier les documents et à faire votre plan ne doit pas dépasser 2 heures 30. Au bout de 3 heures 30, vous devez absolument commencer à rédiger votre 2° partie. 10 minutes avant la fin, il faut recopier la conclusion et prendre 5 minutes pour se relire et corriger les fautes d’orthographe.

Sujets corrigés (Partie 1 Chapitre 2)

SUJETS CORRIGES SUR PARTIE 1 CHAPITRE 2

Correction du sujet : Dans quelle mesure les problèmes de croissance, à partir des années 70, ont-ils conduit à une transformation de l’organisation du travail ?

En introduction, il fallait déterminer qu’est-ce qu’on entendait par « problèmes de croissance » : ralentissement de la croissance du PIB et ralentissement des gains de productivité, expliquer pourquoi on partait des années 70 (fin des 30 Glorieuses, début de la crise, et exprimer l’expression « transformation de l’organisation du travail » en passage du tayloro-fordisme au toyotisme.

1. Le ralentissement de la croissance et des gains de productivité à partir des années 70 ont conduit certaines entreprises à adopter des principes toyotistes dans leur organisation du travail.

1.1 Le toyotisme répond au ralentissement de la croissance en cherchant à mieux adapter la production

a) par une diversification de l’offre pour répondre à la volatilité de la demande
b) par une production «juste à temps » pour limiter les stocks et les délais
c) par une flexibilité interne et externe du travail

1.2 Le toyotisme répond au ralentissement des gains de productivité par une plus grande implication des salariés.

a) Dans une recherche permanente de qualité (Kaizen)
b) En laissant les ouvriers intervenir sur la chaîne de production (autonomation)
c) Grâce à un management participatif (cercle de qualité)

2. Cependant, dans un grand nombre d’entreprises, des caractéristiques majeures du tayloro-fordisme subsistent encore aujourd’hui.

2.1 Une importante division du travail persiste

a) La division horizontale concerne encore un grand nombre d’ouvriers
b) La division verticale reste le modèle hiérarchique

2.2 La production de masse reste un modèle

a) Car la production artisanale est trop chère et inadaptée pour un grand nombre de produits<
b) Le travail à la chaîne®ne concerne plus d’un ouvrier sur dix
c) La différenciation des produits se fait le plus souvent à la marge

CONCLUSION : Après avoir résumé l’ensemble des sous-parties, on pouvait conclure en disant que plutôt que de toyotisme les NFOT sont plutôt du néo-taylorisme.

« Après avoir montré que le progrès technique peut être facteur de chômage, vous mettrez en évidence les limites de cette relation »

1. Le progrès technique peut être facteur de chômage au niveau micro-économique et à court terme

1.1 si la croissance de la productivité est supérieure à la croissance de la demande

1.2 si la qualification requise pour les nouveaux emplois est différente de celle des emplois détruits

1.3 s’il n’y a pas un partage équitable de la valeur ajoutée

2. Le progrès technique peut aussi créer des emplois

2.1 parce que les emplois détruits dans certains secteurs peuvent être compensés par d’autres (théorie du déversement)

2.2 parce que le progrès technique stimule la demande donc à terme la croissance et l’emploi (Schumpeter+ effet multiplicateur)

Correction du sujet « Dans quelle mesure l’organisation actuelle du travail remet-elle en cause l’organisation tayloro-fordiste du travail ? »

1. Dans certaines entreprises, l’organisation actuelle du travail remet-elle en cause l’organisation tayloro-fordiste du travail

1.1 parce que, face à l’évolution de la demande, le toyotisme propose une organisation plus flexible que le système de production tayloro-fordiste

1.2 parce que, face à l’évolution de la population active, la NOT propose des emplois plus enrichissants que le tayloro-fordisme.

2. Cependant, l’organisation actuelle du travail garde des caractéristiques l’organisation tayloro-fordiste du travail

2.1 car la division du travail reste une caractéristique majeure de l’organisation actuelle du travail

2.2 car les conditions de travail restent encore difficiles

Correction du sujet « Dans quelle mesure la baisse du coût du travail peut-elle réduire le chômage ? »

1. Si on considère que le marché du travail est un marché comme un autre, une baisse du coût du travail peut entraîner une réduction du chômage

1.1 Selon les libéraux, une baisse du coût du travail permettrait à l’offre et à la demande de travail de s’équilibrer librement sur le marché

1.2 Une baisse des cotisations sociales permettrait d’augmenter les créations d’emplois, notamment dans les services.

2. Si on considère que le niveau de l’emploi dépend du niveau de la demande, alors une baisse du coût du travail risque plutôt à terme d’entraîner une hausse du chômage.

2.1 Une baisse du coût du travail peut entraîner l’augmentation d’autres coûts pour les entreprises (baisse de la productivité et hausse des autres PO)

2.2 La baisse des salaires et des cotisations sociales peut ralentir la croissance (théorie keynésienne)

Correction du sujet « Dans quelle mesure la réduction du coût du travail permet-elle de faire baisser le chômage des travailleurs peu qualifiés ? »

1. la réduction du coût du travail permet de faire baisser le chômage des travailleurs peu qualifiés, dans la mesure où elle se traduit par une baisse des cotisations sociales.

1.1 Une baisse des CS permettra à l’offre et à la demande de travail de s’équilibrer sur le marché du travail peu qualifié (théorie néo-classique)

1.2 Une baisse des CS permettra l’extension des créations d’emplois peu qualifiés dans le secteur des services.

2. la réduction du coût du travail risque de faire augmenter le chômage des travailleurs peu qualifiés, si elle se traduit par une baisse des salaires.

2.1 La baisse des CS peut engendrer l’augmentation d’autres coûts pour les entreprises

2.2 La baisse du coût du travail peut entraîner à terme une baisse de la consommation et de la production (analyse keynésienne)

Correction du sujet : « la flexibilité est-elle une solution au problème du chômage ? »

1. Si l’effet sur l’offre de biens et services est supérieur à l’effet sur la demande, la flexibilité du marché du travail peut entraîner une baisse du chômage.

1.1 Rétablir les bonnes conditions de l’offre permet une hausse de la production donc de l’emploi (théorie néo-classique)

1.2 La flexibilité a permis la stabilisation des emplois sur le marché interne

Et la création d’emplois sur le marché externe

2. Mais, si à terme l’effet sur la demande est plus fort que l’effet sur l’offre, la flexibilité peut ralentir la croissance et donc la création d’emplois.

2.1 la flexibilité a entraîné l’augmentation de la précarité

2.2 la baisse des revenus engendrée par la flexibilité peut menacer la croissance

Page 1 sur 212