Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/28d048aca167f19dba9e9575dc658742/web/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5837

Je vous propose aujourd’hui, et pour remettre en route cette section, un article sur la troisième frontière du web qui date de mars 2010, ce qui pourrait passer, dans les journaux télévisés comme n’étant plus du tout d’actualité, et qui aborde la frontière sous un angle à première vue original : la frontière technique. La frontière technique peut s’entendre dans au moins deux sens, le premier un peu plus complexe, qui sera l’objet d’un travail avec vous (devrait/aurait dû?), qui par “atteindre la frontière technique” veut dire se situer à un niveau de connaissance et d’actualité extrême par rapport à son domaine. Pour les scientifiques (dans tous les domaines, par seulement en sciences physiques), la frontière technique représente une région de savoir à atteindre si l’on veut avoir l’espoir de faire quelque découverte.

Dans un autre sens, la frontière technique peut être cet espace de découverte qui ne saurait attendre d’être repoussée, découvert. Bien sûr, ici il est question d’image. Il n’y a pas sur internet des endroits où l’on pourrait observer cette frontière là dessiné sur un écran ou un site internet. Et l’imaginaire qui est convoqué avec ce mot de frontière, c’est tout l’imaginaire de l’ouest sauvage américain, de sa conquête. Regardez comment, ici, l’usage du thème de la frontière (et son imaginaire) permet de décrire le développement d’un outil, tel que l’Internet.

Le succès du premier Web et la force d’ensemble du projet permirent enfin aux usages correspondants de s’étendre massivement. Les blogs, les réseaux sociaux, les wikis devinrent les emblèmes de la démocratisation de la parole et de la discussion généralisée.

Ainsi, pour avancer, pour se révolutionner, les domaines techniques doivent avoir des pionniers, des découvreurs, qui vont repousser les limites et permettre aux autres, plus tard, de s’y engouffrer.

Mais, devant ce genre de production, on peut se poser tout de même quelques questions : l’imaginaire de la frontière permet-il vraiment d’expliquer, ou de comprendre, quelque chose au développement des techniques de communication ? N’y a-t-il pas quelques objections à faire à l’idée que nous assisterions à une démocratisation du réseau des réseaux simplement en repoussant les frontières techniques ? L’image de la conquête de l’ouest, c’est-à-dire la domestication d’un espace sauvage, n’obscurcit-elle pas les problèmes du contrôle et de la diffusion de l’information sur l’Internet ?

Photographie par Steve Rhode